A 30 mn de Bruxelles, en Brabant wallon, à Walhain, dès début 2022, la Fondation Josefa lance le projet Moulin Josefa (habitats, arts, biodiversités et spiritualités), en vue de questionner nos normes sociales et d’imaginer autrement nos modes d’habiter nos migrations, nos relations, nos environnements et nos espaces-logements.

A compter de mars 2022, le projet mettra en location un duplex (environ 200 m2) avec une grande terrasse sur jardin et un studio (environ 40 m2).

Nous recherchons des personnes susceptibles d’être intéressées par la possibilité d’une résidence avec une sensibilité au projet et une volonté de s’impliquer au quotidien.

Si vous souhaitez davantage d’informations, n’hésitez pas à prendre contact :

C’est un écrin serti d’eau, un ancien moulin à la roue disparue. Une migration du vallon depuis des siècles. Entouré de verts et d’arbres, le Moulin Josefa invite à la convivialité et à l’hospitalité. 

Ensemble, migrant. La Fondation Josefa vous annonce qu’à partir de décembre 2021, le projet « Habitat migrant » débute avec la seconde Maison Josefa, en Wallonie.

Partenaire, résident, artisan, artiste, designer, agriculteur, acteur-investisseur, ensemble, migrant, chacun est bienvenu dans la nouvelle aventure Josefa.

A vous qui êtes sensible aux enjeux de transition, à notre condition d’être-migrant, aux nouvelles formes d’habitat, n’hésitez pas à nous contacter :

Après avoir construit et déployé, depuis 2011, sa vision « Tous Migrant(s) » (et non pas Tous « des migrants »), conjuguée au respect de l’unicité de chaque migration et à la nécessité d’une approche globale (physique, psycho-intellectuelle et spirituelle) (et non pas seulement spatio-temporelle) et, après avoir, en 2015, ouvert la Maison Josefa, en 2020, la Fondation Josefa lance son initiative « Habitat Migrant ».

Qu’est-ce à dire ? Il s’agit de nous inviter à nous interroger quant à nos modes d’habitat, quant à nos cultures d’habitat, parfois oubliées, souvent contrariées voire contraintes, ou bien encore imaginées, alors que le manque (d’) ou le mal habitat-logement perdure, en particulier en Europe. N’y aurait-il pas une ontologie, voire une éthique, en tout cas, une économie de l’habitat à repenser, voire à créer, au sens où l’Habitat en soi peut être envisagé comme exi-stance ?